Bibliographie

2013


  • Larmarange Joseph (2013) Biblio Check, plugin SPIP pour la vérification en ligne de références bibliographiques, SPIP, version 1.0. http://contrib.spip.net/?article4310.

  • Larmarange Joseph (2013) « Impact de la couverture antirétrovirale dans la population générale en contexte hyper-endémique sud-africain », Vih.org, avril 29. http://www.vih.org/20130429/impact-couverture-antiretrovirale-dans-population-generale-en-contexte-hyper-endemique-sud-.
    Résumé : L'accès universel aux antirétroviraux (ARV) reste un des enjeux majeurs de la lutte contre l'épidémie de VIH. Il s'agit non seulement de réduire les décès en maintenant les personnes infectées en vie, mais également, espère-t-on depuis quelques années, de pouvoir réduire les nouvelles infections. Deux articles publiés récemment et conjointement dans la revue Science analyse l'impact en population générale de l'augmentation de l'accès aux ARV sur la mortalité et l'incidence dans une zone rurale sud-africaine.
  • Larmarange Joseph (2013) « Mapping Demographic and Health Surveys (DHS): a method to estimate regional trends of a proportion (prevR) » (poster, session 176), présenté à XXVII IUSSP International Population Conference, Busan.
    Résumé : For many countries, in particular in sub-Saharan Africa, Demographic and Health Surveys (DHS) are the main national source of data (depending on the subject). Several DHS collect latitude and longitude of surveyed clusters but the sampling method is not appropriate to derive local estimates: sample size is not large enough for a direct spatial interpolation. We develop a methodological approach for estimating a proportion by using kernel density estimators with adaptive bandwidths of equal number of persons surveyed. The method was tested by creating a fictitious country from which survey datasets were produced. We compared the prevalence surface estimated from survey data with the model’s original prevalence surface. This method makes it possible to achieve a smoothing effect that adapts to the high irregularity of spatial distribution among the survey clusters. The surfaces thus generated are relatively accurate for densely populated areas and strongly smoothed in sparsely surveyed areas. Although local variations were filtered out, the regional component in the spatial variation of prevalence was reproduced, and the estimated prevalence surfaces could be interpreted as regional trend surfaces. Furthermore, this approach could be easily applied using prevR, a dedicated package for the statistical software R.
  • Larmarange Joseph (2013) « Treatment as Prevention: new challenges regarding HIV testing in Southern Africa and Western Africa » (communication orale), présenté à Les Grands Défis Démographiques du 21e siècle - Saison croisée France Afrique du Sud - iPOPs, Paris.
    Résumé : Treatment as prevention (TasP) strategy or more precisely universal repeat HIV testing and early treatment initiation (UTT) could reduce significantly the number of new HIV infections in general population. Several on-going trials are currently testing the feasibility and the efficacy of this approach in Southern Africa. The UTT strategy changes the whole paradigm of HIV prevention and care and has potentially great social consequences that need to be explored. We will explore some of emerging issues in social science raised by these trials. Moreover, epidemiological contexts are different between Southern Africa and Western Africa: UTT strategies cannot be implemented in the same way. Which questions should be specifically addressed to implement UTT strategy in Western Africa?

  • Larmarange Joseph (2013) JLutils: a collection of diverse R functions, version 0.1.0. https://github.com/larmarange/JLutils.
    Résumé : A collection of diverse R functions who don't fit (yet?) in another package.
  • Larmarange Joseph, Imrie John, Orne-Gliemann Joanna, Iwuji Collins, Lert France et ANRS 12249 TasP Study Group (2013) « Socio-economic issues investigated in an HIV Treatment as Prevention (TasP) trial in rural KwaZulu-Natal: research questions, implementation and progress » (poster n°2288617), présenté à 6th South African AIDS Conference, Durban.
    Résumé : Background HIV testing of all adult members of a community, followed by immediate antiretroviral treatment (ART) initiation of HIV-infected participants, regardless of immunological or clinical staging, could prevent onward transmission and reduce HIV incidence. The community cluster-randomized ANRS 12249 Treatment as Prevention (TasP) trial has been designed to test acceptability, feasibility and efficacy of this strategy in Hlabisa sub-district, KwaZulu-Natal. In addition to epidemiological, clinical and operational challenges, TasP raises unprecedented social challenges at individual and population levels. Methods The trial began in March 2012. Innovative research tools are being implemented at each stage of the TasP intervention: repeat home-based questionnaires with household heads and individual household members; specific questionnaires for the HIV-infected individuals attending trial clinics and for those who choose not enter HIV care; combined with in-depth semi-structured individual qualitative interviews, repeat focus groups discussions (consumer panels) using participatory methods. Results We will be able to describe precisely participation in the trial and to understand the social determinants of uptake in terms of repeat HIV testing, linkage to and retention in HIV care; the impact of this TasP strategy on quality of life; the economic impact on households and the healthcare system; and consequences for people’s life in terms of HIV disclosure, stigma, sexual behaviours, social support, treatment experience and adherence. Conclusions TasP is not just a biomedical intervention. Understanding the consequences of implementing universal HIV testing and ART on individual behaviour changes and community social norms is crucial to explain any observe impact on HIV incidence.
  • Larmarange Joseph, Imrie John, Orne-Gliemann Joanna, Iwuji Collins, Lert France et ANRS 12249 TasP Study Group (2013) « Addressing social science in a HIV Treatment as Prevention trial in South Africa » (communication orale n°CS12#1), présenté à 2nd International Conference for the Social Sciences and Humanities in HIV, Paris.
    Résumé : Models show that universal HIV testing and early antiretroviral treatment (ART) could lead to reduced HIV incidence and potential eradication under assumptions that have yet to be observed in real life – high coverage and frequent repeat HIV testing, high levels of linkage and retention in care. ANRS 12249 Treatment as Prevention (TasP) trial in rural KwaZulu-Natal aims to evaluate acceptability, feasibility and efficacy of this strategy. It has two components: home-based testing of all ≥16 years every six months with immediate versus standard ART initiation for HIV-infected individuals (HIV+). TasP is a biomedical intervention raising unprecedented social challenges. Relationships between individual and community factors, their interactions and implications are all being investigated using innovative quantitative and qualitative tools. Key issues addressed include: Who accepts repeat testing/immediate ART and why? What are the obstacles? How TasP impacts on people’s lives in terms of quality of life; HIV disclosure; stigmatisation, relationships; sexual behaviours; perceptions; social support; treatment experience and adherence? Economic impact for households and health care systems? What are the changes at community level during TasP implementation and influences on individual behaviours? These are investigated in three groups: the general population; HIV+ attending clinics; and those who do not entre care, for a comprehensive understanding of the determinants of uptake.

  • Larmarange Joseph et Le Cœur Sophie (2013) La situation de l’épidémie VIH/Sida en 2013, Fiche d'actualité, Paris : Ined, 3 p. http://www.ined.fr/fr/tout_savoir_population/fiches_actualite/sida_2013/.
    Résumé : Dans son bilan pour l'année 2012, l'ONUSIDA estime à 35,3 millions le nombre de personnes infectées par le VIH dans le monde, avec 2,3 millions de nouvelles infections et 1,6 million de décès dans l'année. L'Afrique sub-saharienne est de loin la région du monde la plus touchée (25 millions de personnes infectées), suivie par l'Asie du Sud et du Sud-Est (4,8 millions). Le poids de l'épidémie dans un pays s'exprime par la proportion de personnes infectées dans l'ensemble de la population adulte (ou prévalence). Elle varie fortement d'un pays à l'autre, le maximum étant atteint en Afrique australe : plus de 20 % de la population adulte dans certains pays !

  • Larmarange Joseph et Le Cœur Sophie (2013) The current situation of the HIV/AIDS epidemic 2013, Information sheet, Paris : Ined, 3 p. http://www.ined.fr/en/everything_about_population/news/aids_2013/.
    Résumé : According to UNAIDS estimates for the year 2012, 35.3 million persons are infected with the HIV virus worldwide and there were 2.3 million new infections and 1.6 million deaths that year. Sub-Saharan Africa is by far the hardest-hit region, with 25 million people infected, followed by South and Southeast Asia, with a combined total of 4.8 million. The burden of the epidemic in a given country is expressed by the proportion of infected persons among the entire adult population, or prevalence. Prevalence varies greatly by country; the highest rates are in Southern Africa; in some Southern African countries over 20% of the adult population is infected.
  • Larmarange Joseph, Orne-Gliemann Joanna, Iwuji Collins, Imrie John, Lert France, Dabis François, Newell Marie-Louise et ANRS 12249 TasP Study Group (2013) « Acceptability and Uptake of Repeat Home-based HIV Counselling and Testing in Rural South Africa. Preliminary Data of the ANRS 12249 TasP Trial » (poster n°2406992), présenté à 17th International Conference on AIDS and STIs in Africa (ICASA), Cape Town.
    Résumé : Background: The ANRS 12249 Treatment as Prevention (TasP) trial is assessing whether HIV testing of all members of a community, followed by immediate ART initiation of all HIV-infected individuals, regardless of immunological or clinical staging, will prevent onward sexual transmission and reduce HIV incidence in the same population. The implementation of universal and repeat home-based HIV testing is not documented yet in a high HIV incidence and prevalence context. Methods: A cluster-randomised trial is implemented using a phased-approach in the Hlabisa sub-district (KwaZulu Natal, South Africa) where more than 20% of adults are living with HIV. The trial started in March 2012; ten clusters are implemented in the first phase to assess the feasibility and acceptability of the two consecutive interventions (test then treat). The HIV testing strategy consists in a large range of community and clinic HIV testing options including the implementation of 6-monthly rounds of home-based HIV counselling and testing by dedicated counsellors. At each home visit, trial participants are administered individual questionnaires and offered a rapid HIV test. Results: As of April 30, 2013, 6 907 eligible subjects (16 years or above) were registered in six clusters and 5 122 (74%) were contacted. HIV status of 3 923 (76.5% of those contacted) was ascertained, 3 256 accepting the rapid HIV test at home and 667 being already aware of their HIV-positive status. We will present updated data from the first four trial clusters, where all eligible members of the community will have been offered three rounds of home-based HIV testing within 18 months. Uptake of HIV testing at each round will be reported. Uptake of repeat HIV testing will be measured among those testing HIV-negative at first round and who accept repeat HIV testing at rounds 2 and 3. We will also describe the reasons for HIV test refusal. Finally, we will present participants' attitudes regarding repeat HIV testing, and changes between rounds 1 and 3. Conclusions: Acceptance of regular and frequent HIV testing is key to the community-based efficacy of treatment as prevention initiatives in settings with very high incidence. Our data will provide first indications of whether repeat home-based HIV testing is acceptable and feasible in such a rural South African region.

2012

2011



  • Larmarange Joseph, Vallo Roselyne, Yaro Seydou, Msellati Philippe et Méda Nicolas (2011) « Méthodes pour cartographier les tendances régionales de la prévalence du VIH à partir des enquêtes démographiques et de santé (EDS) », Cybergeo : European Journal of Geography, 539. DOI : 10.4000/cybergeo.23782. http://cybergeo.revues.org/23782.
    Résumé : Pour de nombreux pays, en particulier en Afrique subsaharienne, les Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS) constituent la principale estimation de la prévalence du VIH au niveau national et en population générale. Plusieurs EDS collectent la longitude et la latitude des grappes enquêtées.Dans cet article, nous présentons trois approches méthodologiques pour cartographier les variations spatiales de la prévalence du VIH à partir des EDS. Ces approches sont appliquées à des simulations d’EDS échantillonnées à partir d’un pays modèle. Les surfaces estimées sont alors comparées à la surface initiale du modèle.Nous montrons qu’une méthode utilisant des estimateurs à noyau à fenêtres adaptatives de même effectif permet d’estimer les principales tendances régionales des épidémies. Son application aux données de l’EDS 2003 du Burkina Faso fournit une image plausible de la situation épidémiologique dans ce pays.For many countries, in particular in sub-Saharan Africa, Demographic and Health Surveys (DHS) are the main estimates of HIV prevalence at national level in general population. Several DHS collect longitude and latitude of surveyed clusters.In this paper, we present three methodological approaches for mapping spatial variations of HIV prevalence from DHS. These approaches are applied to DHS simulation sampled from a model country. The estimated surfaces are then compared with the initial surface of the model.We show that a method using kernel estimators with adaptive bandwidths of the same number of observed people allows estimating main regional trends of the epidemics. Its application to data from 2003 DHS of Burkina Faso give a plausible picture of the epidemiological situation in this country.


  • Larmarange Joseph, Vallo Roselyne, Yaro Seydou, Msellati Philippe et Méda Nicolas (2011) « Methods for mapping regional trends of HIV prevalence from Demographic and Health Surveys (DHS) », Cybergeo : European Journal of Geography, 558. DOI : 10.4000/cybergeo.24606. http://cybergeo.revues.org/24606.
    Résumé : In many countries, particularly in sub-Saharan Africa, Demographic and Health Surveys (DHSs) are the main way of estimating HIV prevalence nationally in the general population. Some DHSs record the longitude and latitude of the survey clusters. We present three methodological approaches for mapping spatial variations in HIV prevalence using the DHSs. These approaches are applied to simulated DHS samplings from a model country. The estimated surfaces are then compared with the model’s initial surface. We demonstrate that a method using kernel estimators with adaptive bandwidths size of equal number of persons observed can be used to estimate the main regional trends in epidemics. Application to Burkina Faso’s 2003 DHS data provides a plausible image of that country’s epidemiological situation.
    Mots-clés : demographic and health surveys, Developing Countries, enquêtes démographiques et de santé, HIV, interpolation, interpolation par noyaux, kernel interpolation, Méthodologie, Methodology, Pays en développement, regional trends, tendances régionales, VIH.

2010


  • Groupe ELIHoS (2010) Évaluer les interventions de prévention des IST et du VIH auprès des homosexuels masculins au Sénégal (projet ANRS 12139) – Rapport Scientifique, Working Papers du CEPED (06), Paris : CEPED, 108 p. http://www.ceped.org/wp.

  • Henry Emile, Marcellin Fabienne, Yomb Yves, Fugon Lionel, Nemande Steave, Gueboguo Charles, Larmarange Joseph, Trenado Emmanuel Eboko et Spire Bruno (2010) « Factors associated with unprotected anal intercourse among men who have sex with men in Douala, Cameroon », Sexually Transmitted Infections, 86 (2), p. 136-140. DOI : 10.1136/sti.2009.036939.
    Résumé : Objectives Research on men who have sex with men (MSM) in sub-Saharan Africa was neglected for a long time. The objective of this study was to understand factors associated with unprotected anal intercourse (UAI) with male partners among a group of MSM living in the city of Douala, Cameroon. Methods In 2008, a survey on the sexual activity and practices of MSM was set up in Douala in collaboration with a local community-based organisation. Data were collected among a convenience sample of 168 MSM during face-to-face interviews with trained interviewers. Results A total of 142 individuals reported sexual activity during the previous 6 months, among whom 80 (57%) reported UAI with male partners. In a multivariate logistic regression model adjusted for the frequency of sexual intercourse, not having had access to prevention interventions and not knowing any HIV-infected person were both independently associated with a higher risk of UAI. Other factors associated with this higher risk included having had a stable male partnership at some point in one's life and not having been out of Douala for more than 4 weeks during the previous year. Conclusions This community-based research is the first study of MSM in Cameroon and the HIV transmission risks they face. Results show the importance of HIV prevention interventions from peers, and underline the need to maintain efforts to develop specific interventions targeting MSM more efficiently in the African context.
  • Larmarange Joseph (2010) « Recherches sur les homosexuels en Afrique » (communication orale), présenté à 5e Conférence Francophone sur le VIH/Sida de l'AFRAVIH, Casablanca.
    Résumé : Symposium ANRS “Populations vulnérables et VIH/Sida : le rôle de la recherche”

  • Larmarange Joseph (2010) « Homo-bisexuels masculins au Sud : il est temps d’agir ! », Transcriptases, 144, novembre 22, p. 68-70. http://vih.org/20101122/homo-bisexuels-masculins-au-sud-il-est-temps-d-agir-19660.
    Résumé : La problématique des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH) en Afrique avait émergé lors de la conférence de Bangkok en 2004. La conférence de Toronto en 2006 avait bousculé, quant à elle, l’idée selon laquelle l’épidémie de sida au Sud serait seulement hétérosexuelle. À Mexico en 2008, le nombre d’études épidémiologiques avait augmenté, permettant ainsi de confirmer le fait que les HSH étaient, y compris dans les pays à faibles et moyens revenus, particulièrement touchés par le VIH. A cela s’ajoutent leur faible prise en compte dans les programmes de lutte contre le sida et une criminalisation et une stigmatisation de l’homosexualité très fortes dans de nombreux pays.
  • Larmarange Joseph, Desgrées du Loû Annabel, Enel Catherine, Wade Abdoulaye S. et Groupe ELIHoS (2010) « Diversité des homo-bisexualités au Sénégal et exposition au VIH » (communication orale), présenté à 5e Conférence Francophone sur le VIH/Sida de l'AFRAVIH, Casablanca.
    Résumé : Objet Les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH) constituent en Afrique une population vulnérable encore trop peu étudiée (prévalence du VIH de 22 % au Sénégal). La bisexualité dans l’année est élevée (>70 %). Une catégorisation binaire homosexuels/bisexuels est de fait inadaptée pour traduire la diversité des situations et des comportements. Méthodes Une enquête socio-comportementale a été menée en 2007 auprès de 501 HSH sénégalais recrutés par la méthode « boules de neige ». La bisexualité est appréhendée au travers du pôle d’activité sexuelle des enquêtés, déterminé à partir du sexe des partenaires sexuels (homosexuel ou bisexuel dans l’année) et des partenaires déclarés réguliers au moment de l’enquête (hommes, femmes, les deux, sans), soit six combinaisons de ces deux variables. Le pôle d’activité sexuelle est croisé avec différents indicateurs épidémiologiques et socio-comportementaux. Résultats obtenus Les profils sociodémographiques (âge, site, instruction, activité, membres d’association) des enquêtés sont similaires sur les différents pôles. On constate deux pôles opposés : les homosexuels exclusifs dans l’année et les bisexuels n’ayant que des partenaires régulières femmes. Les premiers ont commencé leur sexualité avec un homme plus jeune (15,4 ans versus 18,6). Ils ont eu, en moyenne, plus de partenaires sexuels masculins (15,1 vs 6,6) et, pour les 53 % bisexuels sur la vie, moins de partenaires féminines (2,1 vs 5,5). Ils sont plus infectés par le VIH (29,0 vs 9,8 %). L’utilisation d’un préservatif n’est pas liée au pôle d’activité sexuel. Les homosexuels pratiquent plus la sodomie réceptive qu’insertive (inverse observé pour les bisexuels ayant une partenaire régulière femme), d’où une vulnérabilité accrue au VIH. La fréquence des rapports sur le mois dépend, quant à elle, du fait d’avoir un ou plusieurs partenaires réguliers du sexe considéré. Conclusion Les pôles d’activité sexuelle présentent des profils comportementaux contrastés qui doivent être pris en compte par les programmes de prévention HSH. Les différences d’exposition au VIH ne découlent pas d’un recours différencié au préservatif mais sont fonction de la fréquence des rapports, des pratiques (insertives/réceptives) et de réseaux sexuels différents.
  • Larmarange Joseph, Vallo Roselyne, Yaro Seydou, Msellati Philippe, Méda Nicolas et Ferry Benoît (2010) « Cartographier la prévalence du VIH pour mieux comprendre l’épidémie : l’exemple du Burkina Faso à partir de l’Enquête Démographique et de Santé de 2003 » (communication orale), présenté à 5e Conférence Francophone sur le VIH/Sida de l'AFRAVIH, Casablanca.
    Résumé : Objet Depuis 2001, plusieurs Enquêtes Démographiques et de Sante (EDS) incorporent le dépistage du VIH. Pour de nombreux pays, il s’agit de l’unique source de données sur la prévalence du VIH en population générale à l’échelle nationale. Nous avons développé une approche générique pour cartographier la prévalence du VIH à partir des EDS (logiciel prevR disponible en ligne) et l’avons appliquée à l’EDS 2003 du Burkina Faso. Nous montrons ensuite comment nos résultats apportent un éclairage nouveau sur l’épidémie au Burkina Faso. Méthodes Une tendance spatiale régionale de la prévalence du VIH est calculée pour chaque zone enquêtée à partir de techniques en composantes d’échelle en ayant recours à des cercles de même effectifs et en tenant compte des principales agglomérations urbaines. Une carte est ensuite produite par interpolation spatiale selon la méthode du krigeage ordinaire. Elle reproduit les gradients spatiaux de la prévalence du VIH à des échelles infrarégionales (dans un rayon de 30 à 100 kilomètres). Résultats obtenus Les foyers d’infections se situent principalement au niveau des agglomérations urbaines : Ouagadougou, la capitale, mais aussi les principales villes situées sur les axes routiers vers le Mali et la Côte d’Ivoire. La région entre Débougou et Gaoua est particulièrement touchée, ce qui n’était pas visible à partir de la surveillance sentinelle des femmes enceintes. Outre sa proximité avec la Côte d’Ivoire et le Ghana, elle est connue comme une zone importante d’orpaillage. La carte obtenue présente des similitudes avec celle des zones migratoires traditionnelles du Burkina Faso et avec celle des retours de rapatriés burkinabés depuis la Côte d’Ivoire fin 2002. Enfin, nos résultats montrent des divergences avec la surveillance sentinelle en milieu rural autour de Kaya. Cette dernière a observé une prévalence élevée qui, en fait, ne traduit pas l’épidémie régionale mais seulement un pic local. Conclusion La cartographie des prévalences met en évidence des différentiels non visibles via la surveillance sentinelle des femmes enceintes ; permet d’identifier les zones les plus touchées, constituant en cela un outil de planification et d’évaluation ; et suggère de nouvelles pistes de recherche à explorer.
  • Larmarange Joseph, Vallo Roselyne, Yaro Seydou, Msellati Philippe, Méda Nicolas et Ferry Benoît (2010) « Calculer des tendances régionales à partir d’une enquête auprès des ménages : cas de la prévalence du VIH dans les Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS) » (communication orale n°04B-1), présenté à 6e Colloque francophone sur les sondages, Tanger.
    Résumé : Les Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS) constituent un important programme mené dans plus de 75 pays du Sud. Ces enquêtes portent sur des sujets variées et nombre d’EDS incorporent également la géolocalisation des zones enquêtées (longitude et latitude). Depuis 2001, plusieurs EDS ont intégré un module de dépistage du VIH. Les EDS sont des enquêtes auprès des ménages, en population générale, représentatives usuellement au niveau national et régional, stratifiées par région et milieu de résidence, avec un sondage en grappe à deux degrés. Au premier degré, les grappes (zones de dénombrement au dernier recensement) sont sélectionnées avec une probabilité proportionnelle à leur nombre de ménages. La répartition spatiale de ces grappes reflète de fait la densité de la population. Au second degré, les ménages enquêtés sont sélectionnés par tirage au sort simple. Pour le dépistage du VIH, le nombre de personnes testées varie entre 5 000 et 12 000 et celui de grappes entre 300 et 500, soit un nombre moyen de personnes testées par grappe de 12 à 40 personnes. Du fait des petits effectifs, le calcul d’une prévalence du VIH (proportion de personnes infectées) pour chaque grappe n’est pas pertinent : les prévalences observées par grappe traduisent plus les variations aléatoires de l’échantillonnage que les variations réelles des épidémies. Les analyses spatiales en composantes d’échelles consistent à séparer un phénomène comme une somme d’une composante d’échelle supérieure (composante régionale) et une composante d’échelle inférieure (résidu local). Cette décomposition peut être obtenue en procédant à un lissage spatial, le plus souvent par des cercles de même rayon. Les EDS étant échantillonnées proportionnellement à leur population, une approche par cercle de même rayon est peu pertinente en raison de la répartition très inégale des grappes sur le territoire. Nous avons développé une approche calculant les composantes régionales de chaque grappe en agrégeant les observations des grappes voisines par le biais de cercles de même effectif. Ces composantes régionales peuvent ensuite être interpolées spatialement pour produire une carte. L’estimation des composantes régionales de chaque grappe vise à réduire les aléas statistiques du tirage au second degré des EDS. L’interpolation spatiale, quant à elle, permet de compenser le tirage au premier degré. Pour tester et vérifier notre approche, nous avons eu recours à un pays virtuel sur lequel nous avons simulé des EDS. Il est alors possible de comparer graphiquement les résultats obtenus après lissage des données d’enquêtes simulées avec l’épidémie initiale du modèle. De même, nous avons pu calculer les valeurs de N (effectif minimum des cercles de lissage) qui minimisaient simultanément les erreurs aléatoires et les résidus locaux. Nous avons pu reconstituer les principales tendances régionales de l’épidémie du modèle. Ainsi, cette approche permet une première exploration des données présentes dans une EDS et d’obtenir des cartes plus fines que des aplats de couleurs par région administrative. Sa mise en œuvre est en outre aisée grâce à prevR, un package R que nous avons développé, disponible en ligne. Enfin, elle peut être appliquée à d’autres indicateurs des EDS.

  • Larmarange Joseph, Vallo Roselyne, Yaro Seydou, Msellati Philippe, Méda Nicolas et Ferry Benoît (2010) « Mapping HIV prevalence in Africa for a better understanding of epidemics: example from Burkina Faso using 2003 demographic and health survey data » (poster n°THPE0379 , a obtenu ‘the IAS/ANRS Young Investigator Award’), présenté à XVIII International AIDS Conference, Vienna. http://www.iasociety.org/Default.aspx?pageId=11&abstractId=200737136.
    Résumé : Backgrounds Since 2001, several Demographic and Health Surveys (DHS) include HIV testing. We developed a generic approach to map spatial trends of HIV prevalence from DHS (free software online). We present how our results from Burkina Faso 2003 DHS shed new light on HIV epidemics. Methods An estimation is made of regional spatial trends of HIV prevalence for each surveyed cluster by aggregating data from neighbouring clusters, using rings of the same number of tested persons and taking into account main urban agglomerations. The map is then generated by spatial interpolation. Results This map is coherent with the knowledge we had of HIV epidemic in this country. Prevalence is higher in main cities and small cities along main roads. The region around Diébougou and Gaoua was particularly affected, a data which had not shown on antenatal surveillance. In addition to its proximity to Ivory Coast and Ghana, it is a major gold-washing zone which also has lot of migrant men and sex workers. The map showed similarities with migration areas in the 80’s and 90’s and with repatriate returns from Ivory Coast at the end of 2002 and beginning of 2003. Lastly, our results diverge from antenatal surveillance around Kaya. The high prevalence observed in this rural clinic is not representative of the low prevalence at a regional level. Conclusion HIV prevalence mapping highlights differences that were not visible using antenatal surveillance; allows identifying most prevalent areas; constitutes a monitoring and evaluation tool; and suggest new research fields to investigate.

  • Larmarange Joseph, Wade Abdoulaye S., Diop Abdou K., Diop Oulimata, Gueye Khady, Marra Adama, Desgrées du Loû Annabel et ELIHoS Group (2010) « Men who have sex with men (MSM) and risk factors associated with last sexual intercourse with a man and a woman in Senegal - ELIHoS Project, ANRS 12139 » (poster n°WEPDC102 avec présentation orale), présenté à XVIII International AIDS Conference, Vienna. http://www.iasociety.org/Default.aspx?pageId=11&abstractId=200737147.
    Résumé : Background Men who have sex with other men (MSM) are in Africa a vulnerable population which has hitherto been insufficiently explored. Given the high rate of bisexuality among MSM, it is important to understand their risk-taking behaviours regarding both men and women. Methods A socio-behavioural survey was carried out in 2007 among 501 MSM recruited using the snowball sampling method. We explore in this article why a condom was not used during last sexual intercourse with a man and with a woman, bearing in mind the respondent’s characteristics, type of relationship and the context of the sexual act. Results 489 men reported that they had had sexual intercourse at least once with another man during the previous year, and 358 with a man and with a woman. With another man, the main risk factors are sexual intercourse in a public place (adjusted OR = 6.8), and non-participation in an MSM prevention program (adjusted OR = 3.1). The risks, although non-significant at 5%, are higher among younger men (18-19 years) and older men (35 years and over), and among vulnerable people (unemployed). With a woman, sexual intercourse with the respondent’s wife is hardly ever protected (2%). Otherwise, risks are high when the female partner is very young (15 years or younger, adjusted OR = 5.3) and when the man has not participated in an MSM prevention campaign (adjusted OR = 2.3). Conclusion Having participated in a prevention program specifically targeting MSM constitutes a major prevention factor. However, these programs targeting MSM must address their heterosexual practices and the specific risks involved.


  • Larmarange Joseph, Wade Abdoulaye S., Diop Abdou K., Diop Oulimata, Gueye Khady, Marra Adama, Desgrées du Loû Annabel et ELIHoS Group (2010) « Men Who Have Sex with Men (MSM) and Factors Associated with Not Using a Condom at Last Sexual Intercourse with a Man and with a Woman in Senegal », PLoS ONE, 5 (10), p. 1-7 (e13189). DOI : 10.1371/journal.pone.0013189. http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0013189.
    Résumé : BackgroundMen who have sex with other men (MSM) are a vulnerable population in Africa that has been insufficiently explored. Given the high rate of bisexuality among MSM (73% in the past year), it is important to understand their risk-taking behaviors regarding both men and women.Methodology/Principal FindingsA socio-behavioral survey was carried out in 2007 among 501 MSM recruited using the snowball sampling method. We explore in this article why a condom was not used during last sexual intercourse with a man and with a woman, taking into account the respondent's characteristics, type of relationship and the context of the sexual act. In the survey, 489 men reported that they had had sexual intercourse at least once with another man during the previous year, and 358 with a man and with a woman. The main risk factors for not using a condom at last sexual intercourse with another man were having sex in a public place (aOR = 6.26 [95%CI: 2.71–14.46]), non-participation in an MSM prevention program (aOR = 3.47 [95%CI: 2.12–5.69]), a 19 years old or younger partner (aOR = 2.6 [95%CI: 1.23–4.53]), being 24 years or younger (aOR = 2.07 [95%CI: 1.20–3.58]) or being 35 years or over (aOR = 3.08 [95%CI:1.11–8.53]) and being unemployed (aOR = 0.36 [95%CI: 0.10–1.25]). The last sexual intercourse with the respondent's wife was hardly ever protected (2%). With women, the other factors were a 15 years or younger partner (aOR = 6.45 [95%CI: 2.56–16.28]), being educated (primary: aOR = 0.45 [95%CI: 0.21–0.95], secondary or higher: aOR = 0.26 [95%CI: 0.11–0.62]), being a student (aOR = 2.20 [95%CI: 1.07–4.54]) or unemployed (aOR = 3.72 [95%CI: 1.31–10.61]) and having participated in a MSM prevention program (aOR = 0.57 [95%CI: 0.34–0.93]).ConclusionHaving participated in a prevention program specifically targeting MSM constitutes a major prevention factor. However, these programs targeting MSM must address their heterosexual practices and the specific risks involved.

  • Wade Abdoulaye S., Larmarange Joseph, Diop Abdou K., Diop Oulimata, Gueye Khady, Marra Adama, Sene Amsata, Enel Catherine, Niang Diallo Pape, Toure Kane Ndeye Coumba, Mboup Souleymane et Desgrées du Loû Annabel (2010) « Reduction in risk-taking behaviors among MSM in Senegal between 2004 and 2007 and prevalence of HIV and other STIs. ELIHoS Project, ANRS 12139 », AIDS Care, 22 (4), p. 409-414. DOI : 10.1080/09540120903253973.
    Résumé : An epidemiological survey conducted in Senegal in 2004 among men having sex with men (MSM) revealed high HIV prevalence and a high rate of risky behaviors within this population. Consequently, several prevention campaigns targeting MSM were implemented. A second survey was carried out in 2007 to assess the impact of these measures. This paper aims to examine trends in HIV and STI prevalence and in sexual behaviors between 2004 and 2007. The two surveys were conducted in four urban sites among 440 and 501 MSM – recruited using the snowball sampling method – in 2004 and 2007, respectively. A similar methodology was applied for both surveys. This consisted of a closed-ended questionnaire concerning socio-demographic, behavioral, and biomedical information plus a clinical examination including urine and blood tests to detect STIs and HIV infection. Between 2004 and 2007, the frequency of different sexual practices reported by MSM remained stable, but condom use for each type of sexual practice rose. The percentage of men who reported consistent condom use during previous-month anal sex has increased by about 35% (p<0.01). The percentage of men who reported consistent condom use during previous-month non-commercial sex with women has increased by 14% (p<0.01). HIV prevalence remained stable from 22.4% [95% CI: 18.6-26.8] in 2004 to 21.8% [95% CI: 18.3-25.7] in 2007 (adjusted OR = 1.05, p=0.8). Gonorrhea prevalence decreased from 5.5% [95% CI: 3.6-8.3] in 2004 to 2.6% [95% CI: 1.5-4.5] in 2007 (adjusted OR = 0.5, p=0.07). The prevention campaigns, STI and HIV care and support programs conducted in Senegal among MSM have been followed by a reduction of risk-taking behaviors and STI prevalence among this population. Specific targeting of this group within HIV/STI prevention programs seems to be effective in decreasing sexual infections.

2009


  • Enel Catherine, Larmarange Joseph, Desgrées du Loû Annabel et Wade Abdoulaye S. (2009) « À propos des partenaires féminines des hommes ayant des pratiques homosexuelles au Sénégal », Autrepart, 49 (1), p. 103-116. DOI : 10.3917/autr.049.0103.
    Résumé : Les travaux sur les comportements bisexuels en Afrique sont rares. En 2004, une étude au Sénégal auprès de 463 hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes révèle que 74 % ont eu des partenaires féminines dans l’année. En 2007, une nouvelle enquête a été complétée par un volet qualitatif consacré aux comportements bisexuels. De 12 entretiens auprès d’hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et des femmes et 12 auprès de partenaires féminines se dégagent différents types de partenaires et un lien complexe entre notion de partenaire féminine, sexualité et rapport à l’homosexualité. Le type de relation entre ces hommes et les femmes dépend de leurs représentations de l’homosexualité et de leurs relations avec d’autres hommes.
    Mots-clés : Comportement bisexuel, Comportement homosexuel, Homme ayant des rapports sexuels avec des hommes, Partenaire féminine, sénégal.
  • Larmarange Joseph (2009) « Homosexualité et SIDA en Afrique : les recherches en sciences sociales » (communication orale), présenté à Homosexualité et SIDA : où peut aller la recherche ? (journée scientifique organisée par AIDES, Sidaction et l'ANRS), Pantin.
  • Larmarange Joseph (2009) « Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS) & utilisation des données spatiales » (communication orale), présenté à La dimension spatiale des comportements sociaux-démographiques (journée scientifique de l'IRD), Bondy.

  • Larmarange Joseph (2009) « Prévalences du VIH en Afrique sub-saharienne : Historique d’une estimation [HIV prevalence in sub-Saharan Africa: background of an estimation.] », Medecine Sciences : M/S, 25 (1), p. 87-92. DOI : 10.1051/medsci/200925187.
    Résumé : Tous les deux ans, le programme commun des Nations-Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) publie des estimations détaillées du nombre de personnes infectées par le VIH (virus de l’immunodéficience humaine). Selon la dernière édition de son rapport, publiée en juin 2008, 33 millions de personnes (adultes et enfants) dans le monde dont 22 en Afrique subsaharienne seraient infectées en 2007. Cette estimation, largement reprise par les médias et les acteurs de la lutte contre le SIDA, a été révisée à maintes reprises ces dernières années. À titre d’exemple, le rapport 2002 estimait ce nombre à 28,5 millions en 2001 pour l’Afrique subsaharienne. Cette même estimation a été révisée à la baisse, dans la dernière édition du rapport, à 20,4 millions en 2001. Paradoxalement, le nombre de personnes infectées a augmenté entre 2001 et 2007. Les révisions successives effectuées par l’ONUSIDA ont semé le doute sur la qualité des estimations produites. Petit retour sur l’évolution des sources et des techniques. In 2008 UNAIDS global report on AIDS, the number of people living with HIV in sub-Saharan Africa was estimated at 22 millions in 2007 and 20.4 millions in 2001, while in the 2002 report, the same estimation for 2001 was 28.5 millions. Changes in UNAIDS reflects evolutions of data sources and methods used for the estimates. Sentinel surveillance of pregnant women attending antenatal clinics (ANC) was developed in 1980's with the WHO recommendation of unlinked anonymous testing approach. The objective was not to be representative but to monitor trends. In the 1990's, as ANC data were available, they were used by EpiModel, a model developed by WHO for HIV prevalence estimates from 1992 to 2000. In 2002, a new epidemiological model called EPP (Estimation and Projection Package) was developed by the UNAIDS Reference Group on Estimates, Modelling and Projections, which, in countries with a generalised epidemic, is still based on ANC data collected over time. Since 2001, many countries have conducted national population-based surveys (NPS). Their results have often diverged from estimates based on ANC data. This was explained by the under-representation of rural clinics in sentinel surveillance and relative small participation rate in NPS. Since, several studies have shown that the impact of several biases (participation rate, non-household members, serological window of tests...) in NPS remains relatively low. NPS constitute a good indicator of HIV prevalence level. If pregnant women can be locally representative of the general population, at the national scale, it depends of the localization of selected clinics. But ANC provides data over time, which is not the case for NPS. The current approach of UNAIDS consists in estimating HIV prevalence trends from ANC and the level of the epidemics from NPS. But the hypothesis that ANC data are representative of trends still needs to be verified when several NPS will be available for a same country.
    Mots-clés : Africa South of the Sahara/epidemiology, Female, HIV Infections/embryology/*epidemiology, Humans, Male, numerical data, Pregnancy, Pregnancy Complications/diagnosis/epidemiology/virology, Prenatal Diagnosis/statistics &, Prevalence.

  • Larmarange Joseph (2009) « Afrique subsaharienne : Quel outil de mesure du VIH ? », Transversal, 48, p. 29-30. http://www.sidaction.org/ewb_pages/t/transversal_48.php.
    Résumé : Selon le rapport 2008 de l’Onusida sur l’épidémie mondiale de sida, 33 millions de personnes dans le monde auraient été infectées par le VIH fin 2007, dont 22 millions en Afrique subsaharienne. Depuis 1998, ces estimations, révisées tous les deux ans, ont fortement varié : résultat différentes méthodes de mesure qui s’élaborent au fil du temps.

  • Larmarange Joseph (2009) « Comment les prévalences du VIH sont-elles estimées en Afrique subsaharienne ? », La Chronique du CEPED, 58, p. 1-4. http://www.ceped.org/?Comment-les-prevalences-du-VIH.
    Résumé : Tous les deux ans, le programme commun des Nations unies sur le VIH/Sida (ONUSIDA) publie des estimations détaillées du nombre de personnes infectées par le VIH. Dans la dernière édition du rapport,le nombre de personnes (adultes et enfants) infectées par le VIH dans le monde est estimé à 33 millions en 2007, dont 22 millions en Afrique subsaharienne. Cette estimation, largement reprise par les médias et les acteurs de la lutte contre le Sida, a été révisée à maintes reprises ces dernières années, donnant l’impression que le nombre de personnes infectées a diminué alors qu’en réalité il a augmenté. Ces révisions successives ont semé le doute sur la qualité des estimations produites. Petit retour sur l’évolution des sources et des techniques.

  • Larmarange Joseph, Desgrées du Loû Annabel, Enel Catherine, Wade Abdoulaye S. et ELIHoS Group (2009) « Homosexuality and Bisexuality in Senegal: a Multiform Reality », Population (English edition), 64 (4), p. 635-666. DOI : 10.3917/pope.904.0635.
    Résumé : Homosexuality and Bisexuality in Senegal: a Multiform RealityThe first surveys on men who have sex with men (MSM) carried out in Senegal in the context of the fight against AIDS, revealed high rates of bisexuality. In 2007, a new epidemiological and behavioural survey (ELIHoS) approached the question of bisexual practices in greater depth. That survey is used here to depict the plurality of forms that bisexuality may take in Senegal. A six-group typology of current modes of sexual activity was constructed based on the characteristics of sexual partners over the past year and at the time of the survey. Various factors in the respondents’ social and sexual life event histories were then analysed according to their current mode of sexual activity. It showed that these modes correspond to different sexual practices and characteristics of first sexual intercourse with a man. However, the systematic use of a condom for similar sexual practices did not depend on the mode of sexual activity. Fewer men who engaged in regular intercourse with women and only occasionally with men were infected with HIV because they less frequently engaged in high-risk anal intercourse. Homosexualité et bisexualité au Sénégal : une réalité multiformeLes premières enquêtes menées au Sénégal auprès d’hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes,dans le cadre de la lutte contre le sida, révèlent des taux élevés de bisexualité. En 2007, une nouvelle enquête épidémiologique et comportementale (ELIHoS) a été réalisée, dans laquelle la question des pratiques bisexuelles a été abordée de façon approfondie. Cette enquête est utilisée ici pour décrire la pluralité de formes que peut recouvrir la bisexualité au Sénégal. Une typologie du pôle d’activité sexuelle actuel en six classes est construite à partir des caractéristiques des partenaires sexuels sur l’année et au moment de l’enquête. Différents éléments de la sociobiographie sexuelle des individus sont ensuite analysés selon leur pôle d’activité sexuelle actuel. Il apparaît que ces pôles correspondent à des pratiques sexuelles et à des caractéristiques différentes d’entrée en vie sexuelle avec un homme. En revanche, l’utilisation systématique d’un préservatif, à pratiques égales, ne dépend pas du pôle d’activité sexuelle. Les hommes engagés dans des relations régulières avec des femmes et ayant des partenaires masculins seulement occasionnellement sont moins souvent infectés par le VIH, car ils ont moins fréquemment des rapports anaux à risque.Homosexualidad y bisexualidad en Senegal: una realidad multiformeLas primeras encuestas realizadas en Senegal, en el marco de la lucha contra el sida, sobre hombres que mantienen relaciones sexuales con otros hombres, revelan tasas de bisexualidad elevadas. En 2007 se ha realizado una nueva encuesta epidemiológica y comportamental (HELIHoS) que aborda en profundidad la cuestión de las prácticas bisexuales. Esta encuesta se utiliza aquí para describir la multitud de formas que la bisexualidad puede adoptar en Senegal. A partir de las características de los compañeros sexuales en el momento de la encuesta y durante el año que la precede, se ha construido una tipología del polo actual de actividad sexual en seis clases. Diferentes elementos de la sociobiografía sexual de los individuos han sido analizados según el polo actual de actividad sexual. Se observa que estos polos corresponden a prácticas sexuales y a características diferentes de la entrada en la vida sexual con un hombre. Sin embargo, la utilización sistemática del preservativo, a práctica igual, no depende del polo de actividad sexual. Los hombres implicados en relaciones regulares con mujeres y que han tenido ocasionalmente compañeros sexuales masculinos, están menos frecuentemente infectados por el VIH, a causa de relaciones anales con riesgo menos frecuentes.

  • Larmarange Joseph, Desgrées du Loû Annabel, Enel Catherine, Wade Abdoulaye S. et Groupe ELIHoS (2009) « Homosexualité et bisexualité au Sénégal : une réalité multiforme », Population, 64 (4), p. 723-756. DOI : 10.3917/popu.904.0723.
    Résumé : Homosexualité et bisexualité au Sénégal : une réalité multiformeLes premières enquêtes menées au Sénégal auprès d’hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes,dans le cadre de la lutte contre le sida, révèlent des taux élevés de bisexualité. En 2007, une nouvelle enquête épidémiologique et comportementale (ELIHoS) a été réalisée, dans laquelle la question des pratiques bisexuelles a été abordée de façon approfondie. Cette enquête est utilisée ici pour décrire la pluralité de formes que peut recouvrir la bisexualité au Sénégal. Une typologie du pôle d’activité sexuelle actuel en six classes est construiteà partir des caractéristiques des partenaires sexuels sur l’année et au moment de l’enquête. Différents éléments de la sociobiographie sexuelle des individus sont ensuite analysés selon leur pôle d’activité sexuelle actuel. Il apparaît que ces pôles correspondent à des pratiques sexuelles et à des caractéristiques différentes d’entrée en vie sexuelle avec un homme. En revanche, l’utilisation systématique d’un préservatif, à pratiques égales, ne dépend pas du pôle d’activité sexuelle. Les hommes engagés dans des relations régulières avec des femmes et ayant des partenaires masculins seulement occasionnellement sont moins souvent infectés par le VIH, car ils ont moins fréquemment des rapports anaux à risque.Homosexuality and Bisexuality in Senegal: a Multiform RealityThe first surveys on men who have sex with men (MSM) carried out in Senegal in the context of the fight against AIDS, revealed high rates of bisexuality. In 2007, a new epidemiological and behavioural survey (ELIHoS) approached the question of bisexual practices in greater depth. That survey is used here to depict the plurality of forms that bisexuality may take in Senegal. A six-group typology of current modes of sexual activity was constructed based on the characteristics of sexual partners over the past year and at the time of the survey. Various factors in the respondents’ social and sexual life event histories were then analysed according to their current mode of sexual activity. It showed that these modes correspond to different sexual practices and characteristics of first sexual intercourse with a man. However, the systematic use of a condom for similarsexual practices did not depend on the mode of sexual activity. Fewer men who engaged in regular intercourse with women and only occasionally with men were infected with HIV because they less frequently engaged in high-risk anal intercourse.Homosexualidad y bisexualidad en Senegal: una realidad multiformeLas primeras encuestas realizadas en Senegal, en el marco de la lucha contra el sida, sobre hombres que mantienen relaciones sexuales con otros hombres, revelan tasas de bisexualidad elevadas. En 2007 se ha realizado una nueva encuesta epidemiológica y comportamental (HELIHoS) que aborda en profundidad la cuestión de las prácticas bisexuales. Esta encuesta se utiliza aquí para describir la multitud de formas que la bisexualidad puede adoptar en Senegal. A partir de las características de los compañeros sexuales en el momento de la encuesta y durante el año que la precede, se ha construido una tipología del polo actual de actividadsexual en seis clases. Diferentes elementos de la sociobiografía sexual de los individuos han sido analizados según el polo actual de actividad sexual. Se observa que estos polos corresponden a prácticas sexuales y a características diferentes de la entrada en la vida sexual con un hombre. Sin embargo, la utilización sistemática del preservativo, a práctica igual, no depende del polo de actividad sexual. Los hombres implicados en relaciones regulares con mujeres y que han tenido ocasionalmente compañeros sexuales masculinos, están menos frecuentemente infectados por el VIH, a causa de relaciones anales con riesgo menos frecuentes.

  • Larmarange Joseph, Enel Catherine, Wade Abdoulaye S. et Desgrées du Loû Annabel (2009) « Homo-bisexualités au Sénégal : une réalité multiforme » (poster n°P1-81), présenté à XXVIe Congrès international de la population de l'UIESP, Marrakech. http://iussp2009.princeton.edu/abstractViewer.aspx?submissionId=92375.
    Résumé : En 2007, au Sénégal, dans une étude socio-comportementale auprès de 501 hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, 87,4 % avaient déjà eu un rapport sexuel avec une femme. Le volet anthropologique a mis en évidence des formes diverses d’homo-bisexualité et de types de partenaires et des stratégies différenciées avec les hommes et avec les femmes. Nombre d’études abordent les déterminants des pratiques à risques en fonction des pratiques des individus sur une période de temps donnée. Nous investiguons ici le dernier rapport sexuel avec un homme et avec une femme afin de pouvoir également prendre en compte les caractéristiques du ou de la partenaire sexuel(le) et le contexte dans lequel s’inscrivent les pratiques. Il apparaît alors que les deux principaux facteurs de non utilisation du préservatif sont, avec les hommes, le lieu du rapport sexuel et, avec les femmes, le type de relation (l’épouse ou non).

  • Larmarange Joseph et Ferry Benoît (2009) « Estimation des niveaux de prévalence du VIH dans les pays d'Afrique sub-saharienne et ajustement possible à partir des femmes enceintes » (présenté à Chaire Quételet 2004), in Santé de la reproduction au Nord et au Sud : de la connaissance à l'action, éd. par Catherine Gourbin, Louvain-la-Neuve : Presses universitaires de Louvain, Centre de recherche en démographie et sociétés, Université catholique de Louvain, p. 305-318. ISBN : 978-2-87463-182-5.
  • Larmarange Joseph et Petit Véronique (2009) « Inégalités de genre et consommation en Afrique de l’Ouest » (communication orale), présenté à Premières rencontres scientifiques de l'Institut pour le Développement et la Solidarité Internationale (IDSI), Paris.

  • Larmarange Joseph, Vallo Roselyne, Yaro Seydou, Msellati Philippe, Méda Nicolas et Ferry Benoît (2009) Estimating effect of non response on HIV prevalence estimates from Demographic and Health Surveys, Working Papers du CEPED (3), Paris : CEPED, 9 p. http://ceped.org/wp.
    Résumé : In most countries in Sub‐Saharan Africa, Demographic and Health Surveys (DHS) with HIV testing became the only measure of HIV prevalence in general population. Significant non response rates were often cited to explain differences between DHS results and estimations from sentinel surveillance in antenatal clinics. The objective of this paper consists to predict with multivariate models the prevalence of non tested persons in order to estimate the effect of non response on national HIV prevalence measure. We used data from 9 DHS, conducted in sub‐Saharan Africa, where HIV results could be linked with data from household and individual questionnaires. Logistic regressions were performed for each country, separately for men and women 15‐49 years old, with a common set of predictor variables. For each group, adjusted prevalence was calculated by using observed prevalence for tested people and estimated probability to be HIV positive for non tested persons. The non response rates in these 9 studies vary from 7.9% to 39.3%. Estimated prevalence of non tested persons is usually higher than observed prevalence of tested persons (13 groups on 18) Nevertheless, ratios of adjusted prevalence to observed prevalence remain relatively close to 1 (from 0.970 to 1.109). Differences between adjusted and observed prevalence is less than 0.32. A significant negative correlation was found between non‐response rates and ratios of non‐tested to tested, but there is no correlation between ratios of adjusted to observed prevalence and proportions of non‐tested. The overall effect of non response biases on national HIV estimates tends to be small and remains inferior to sample variations. If adjustments need to be interpreted with caution due to the limited information available to predict the prevalence of non tested people, we can conclude that national population‐based surveys can provide quality and representative national HIV prevalence estimates.
    Mots-clés : Developing Countries, Health Surveys, HIV Infections, Population surveillance, Prevalence Estimates.
  • Larmarange Joseph, Vallo Roselyne, Yaro Seydou, Msellati Philippe, Méda Nicolas et Ferry Benoît (2009) « Estimer les variations infranationales en Afrique sub-saharienne à partir des Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS) » (communication orale), présenté à 9e rencontres de ThéoQuant, Besançon.

  • Larmarange Joseph, Vallo Roselyne, Yaro Seydou, Msellati Philippe, Méda Nicolas et Ferry Benoît (2009) « Estimating spatial sub-national variations from demographic and health surveys data » (communication orale n°186-3), présenté à XXVIe Congrès international de la population de l'UIESP, Marrakech. http://iussp2009.princeton.edu/abstractViewer.aspx?submissionId=92702.
    Résumé : For many countries, in particular in sub-Saharan Africa, Demographic and Health Surveys (DHS) are the only national source of data (depending of the subject). Several DHS collect latitude and longitude of surveyed clusters but the sampling method is not appropriate to derive local estimates : sample size is not large enough for a direct spatial interpolation. We develop in this paper a new approach for estimating a proportion for each sample cluster by aggregating data from neighbouring clusters. This estimated proportion can then be interpolated by kriging method. Estimation parameters were computed from 24500 survey simulations on a model country. This approach allows estimating regional trends of a phenomenon under the assumption that it is spatially continuous. The method was developed to map HIV prevalence in Burkina Faso and Cameroon at sub-national level but it can be applied to any other proportion. Our results will be compared with maps by DHS regions.

2008

  • Enel Catherine, Larmarange Joseph, Desgrées du Loû Annabel et Wade Abdoulaye S. (2008) « Les identités sexuelles des HSH et de leurs partenaires : une grande complexité de situations, au Sénégal » (communication orale), présenté à XVIIIe Congrès International des Sociologues de Langue Française, Istanbul.

  • Larmarange Joseph (2008) « Accès aux antirétroviraux en Afrique et baisse de la mortalité », Transcriptases, 137, p. 2-4. http://www.vih.org/transcriptases.
    Résumé : Au Malawi, la mise en place d’un programme d’accès gratuit aux traitements antirétroviraux a induit une baisse de la mortalité chez les adultes, visible à peine huit mois après le démarrage du programme. Une modélisation en Afrique du Sud montre qu’un élargissement rapide de l’accès aux ARV éviterait chaque année un nombre conséquent de décès à l’échelle de la population. Si l’impact de l’accès aux traitements sur la mortalité à l’échelle d’une population est prévisible, celui sur le nombre de nouvelles infections demeure encore incertain.
  • Larmarange Joseph (2008) « L’évaluation de la prévalence du SIDA en Afrique » (communication orale), présenté à L'évaluation (journée scientifique de l'université Paris Descartes), Paris.
    Résumé : Régulièrement, ONUSIDA publie des estimations de la prévalence du VIH. Ces dernières ont subi plusieurs révisions importantes ces dernières années du fait de la publication de nouvelles données. Dans les années 1990, la prévalence du VIH a été essentiellement estimée à partir de la surveillance sentinelle des femmes enceintes. Depuis 2001, se sont multipliées des enquêtes nationales en population générale avec dépistage du VIH, qui fournissent une estimation plus précise des niveaux des épidémies et mettent en lumière les limites de la surveillance sentinelle. Cependant, moins chère et plus facile à mettre en œuvre, cette dernière fournit des données annuelles tandis que les enquêtes en population générale n’ont lieu que tous les 5 à 10 ans. La démarche actuelle d’ONUSIDA consiste donc à estimer les niveaux à partir d’enquêtes en population générale et les tendances à partir de la surveillance sentinelle.

0 | 50 | 100 | 150 | 200

--- Exporter la sélection au format